Thursday, February 29, 2024
StartNachrichtenInternationalSchweizer Komitee: die Weltgemeinschaft soll die eskalierende Unterdrückung des iranischen Widerstands durch...

Schweizer Komitee: die Weltgemeinschaft soll die eskalierende Unterdrückung des iranischen Widerstands durch Teheran verurteilen


In einer Erklärung äußerte das Schweizerische Komitee für Demokratie und Säkularismus im Iran (CSDSI) große Besorgnis über die jüngsten Entwicklungen bei der Unterdrückung von Oppositionellen durch das iranische Regime, insbesondere der Organisation der Volksmojahedin Iran (PMOI/MEK), und deren alarmierende Angriffspläne gegen Dissidenten in Europa.
Der CSDSI-Erklärung zufolge hat das iranische Regime aus Angst vor möglichen Aufständen und der internationalen Verantwortung für seine Taten seine Dämonisierungskampagne gegen die PMOI/MEK intensiviert. Die Justiz hat 104 Mitglieder der Organisation offiziell angeklagt und ihnen fälschlicherweise Terrorismus vorgeworfen. Diese aggressive Haltung spiegelt die Verzweiflung des Regimes wider, die Opposition zu unterdrücken und dem Terrorismus auf europäischem Boden den Weg zu ebnen.

Der CSDSI fordert die Europäische Union und internationale Gremien auf, das Vorgehen Teherans anzuprangern, dass nicht nur zu mehr internen Hinrichtungen führt, sondern auch Oppositionelle im Ausland bedroht. Da das Regime seine Aggression erhöht, sind internationale Solidarität und Rechenschaftspflicht für den Schutz der Menschenrechte, der Demokratie und der Gerechtigkeit von entscheidender Bedeutung, heißt es in der Erklärung.

Die CSDSI-Erklärung lautet wie folgt:
A l’attention de Madame Ursula Von der Leyen, Présidente de la Commission européenne et de
Monsieur Charles Michel, Président du Conseil européen
Comité Suisse pour la Démocratie et la Laïcité en Iran
Genève, le 31 août 2023.
Madame la Présidente de la Commission,
Monsieur le Président du Conseil Européen,
Le Comité Suisse pour la Démocratie et la Laïcité en Iran a été informé que le pouvoir judiciaire
du régime iranien a officiellement annoncé l’émission d’un ordre d’inculpation à l’encontre de 104
membres de l’organisation des Mojahedin-e-Khaleq (MEK). Cette nouvelle a été largement
couverte par la majorité des médias iraniens.
Or, au contraire, c’est le régime iranien qui, pour les 43 années où il a fait régner la terreur et la
répression, doit répondre de l’assassinat de dizaines de milliers de manifestant.e.s et opposant.e.s.
Souvenons-nous des attaques du camp d’Ashraf 1 en Irak qui a nécessité le départ des réfugié.es
dont une partie a pu être sauvée pour rejoindre le camp d’Ashraf 2 près de l’aéroport de Bagdad
où de nouveaux attentas mortels ont été organisés sous la pression de Téhéran. C’est alors que
pour sauver la population d’environ 3000 Moudjahidines du peuple, le Haut-Commissariat des
Réfugiés a pu compter sur l’accueil généreux de l’Albanie. Or, cette année, sous les calomnies et
la pression de l’Iran, des policiers albanais sont entrés dans le camp d’Ashraf 3 qui ne se trouve
pas loin de Tirana, molestant certains habitants -un homme est décédé-, et au cours de la
perquisition, emportant un certain nombre d’ordinateurs et de documents qui risquent de tomber
entre les mains des services iraniens.
Au cours de l’été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques ont été pendus et enterrés dans des
fosses communes secrètes en raison de leurs convictions politiques en faveur de la liberté et de la
démocratie. Plus de 90 % de ces victimes étaient des membres et sympathisants de la principale
organisation d’opposition des Moudjahidine du peuple d’Iran. Aujourd’hui, c’est au tour de la
communauté internationale de donner une réponse ferme à ce régime et de condamner les
bourreaux connus, de la manière la plus ferme, car le régime iranien a piétiné toutes les valeurs
humaines, les valeurs démocratiques et l’indépendance de la justice.
La demande d’inculpation de ces 104 Moudjahidines du peuple est malheureusement due à une
politique toujours plus agressive du régime iranien qui veut faire taire ses opposants en Europe en
les accusant de terrorisme. Nous avons également appris que la même ligne stratégique était
expliquée dans les documents du ministère des affaires étrangères du régime qui ont été divulgués
il y a quelques mois. Ils expliquent l’objectif du régime dans une campagne généralisée